Virginie Roquelaure est une enseignante-chercheuse en ressources humaines et entrepreneuriat à l’iaelyon. Dans cet échange, elle nous livre le fond de sa pensée sur les réseaux d’anciens employés !

Pensez-vous qu’il est important pour une entreprise de maintenir une bonne relation avec ses anciens employés ?

Je pense que c’est important oui, notamment pour son image et sa marque employeur. Cela me fait aussi penser aux salariés boomerang, des salariés qui quittent l’entreprise et qui y reviennent quelques mois/années plus tard. Rien que pour les réintégrer, ça vaut le coup !

 

Est-ce que vous avez des exemples d’entreprise ont mis en place des actions pour maintenir ce lien ?

J’ai en tête une entreprise qui faisait revenir ses retraités pour former les jeunes qui arrivaient dans l’entreprise. Cela avait beaucoup de sens car les anciens avaient vraiment de l’expertise, et les jeunes sentaient qu’ils étaient formés par des experts et ressentaient leur légitimité. Il me semble d’ailleurs que les retraités étaient payés !

 

Avez-vous déjà entendu parler du terme de salarié boomerang ? Que vous évoque-t-il ?

Oui comme évoqué tout à l’heure ! Selon moi, c’est intéressant pour une entreprise de garder le lien avec ses anciens pour les recruter à nouveau, à partir du moment où elle s’interroge sur les raisons qui ont poussé les salariés à partir. Sinon, je ne suis pas sûre que ce soit pertinent d’aller chercher ses salariés boomerang.

 

Est-ce que vous en avez connu un au cours de votre carrière ?

Je vais prendre le cas d’une personne qui était responsable du recrutement dans une ETI. Ils sont partis en bons termes, d’ailleurs ils ont même fait un pot de départ. Quelques mois après, elle s’est rendu compte que l’herbe n’était pas plus verte ailleurs et est revenue dans son ancienne boîte. C’est amusant car il s’avère qu’elle a fini par quitter une nouvelle fois cette entreprise.

 

Est-ce que vous pensez que la gestion des anciens peut avoir un impact sur la marque employeur ?

C’est une évidence pour moi : tout simplement parce que les anciens parlent de vous à vos futurs clients, à vos futurs fournisseurs, à vos futurs salariés, et au final c’est toute votre image ! C’est-à-dire que les anciens vont parler de vous en positif et en négatif, donc il vaut mieux qu’il y ait du positif. D’autant plus que généralement, les gens ont toujours plus tendance à retenir le négatif que le positif.

 

Selon vous, quelle est l’importance de la gestion des anciens employés pour les professionnels aujourd’hui ?

Selon moi, les priorités des entreprises aujourd’hui sont de gérer les salariés actuels, de recruter pour certaines qui n’y arrivent pas, ou de retenir leurs salariés.
Après, il faut leur montrer qu’à travers la gestion des anciens collaborateurs, elles vont améliorer leur image et donc mieux recruter, mieux fidéliser. Finalement, c’est un bon moyen de les aider à gérer leurs priorités.

 

Merci encore à Virginie pour ce riche échange ! Si vous voulez en savoir plus sur ses travaux, voici le lien de son dernier livre. 
Pour compléter votre lecture, on vous recommande de ne pas passer à côté du témoignage de Sarah THALEB, employée chez Mazars, entreprise qui a fait le choix de développer son réseau d’anciens !